25/08/2008

Les cretes Vosgiennes ( Markstein, lac blanc) (68/88) 33km 1000md+ le dimanche 24 aout 2008

 

titre

Un traileur en plein doute..

 

Comme je l´avais écrit précédemment, ce week-end de course a pied devait répondre a l´exigence de faire le plus petit déplacement possible en voiture suite a mes deux courses en Belgique. Je m´en suis tenu et me voila ce matin en direction des Hautes Vosges pour la célèbre course des crêtes vosgienne. Course de montagne de 33km et 1000metres de dénivelé passant en autre par le plus haut sommet des Vosges, le Hohneck.(1363 metres).

Une course qui appartient a l´histoire des courses hors stade des Vosges et au patrimoine des courses de montagne en France.

 

Autant dire que votre passage par ici vous laissera a coups sur, des souvenirs inoubliables malgré l´exigence certaine de cette épreuve qui est une succession de montées et de descentes sur un terrain très varié. (Chemins de montagne, tourbière, sentiers, pâturage.)

 

Mes souvenirs a moi remontre a mon premier essai sur les crêtes en 2003 que j´avais bouclé a l´époque en 3h19. Depuis, j´y suis retourné a chaque fois que le soleil était de la partie (2005, 2007) avec a la clé un record établi en 2005 avec 3h09.

 

Aujourd´hui, il ne faudra pas trop se pencher sur la montre vu mon année 2008 bien maussade qui avait cependant bien démarrer avec quelques trails..

Ce matin, ça sera donc plus une épreuve de vérité pour voir si je peux espérer prétendre a m´inscrire sur d´autres trails les semaines a venir.

Mes dernières tentatives sur cette exercice ne s´étaient pas soldé par un excellent résultat avec a la clé deux abandons a mi parcours (trail du ballon d´alsace 42km et trail d´Orbey 48km)

Autant dire que le moral en avait pris un coup, et que je suis toujours à la recherche de cette course réussie qui me relancera dans mon aventure trail..

 

Les crêtes seront donc un bon test avec une distance intermédiaire de 33km.

 

7h00, nous partons accompagnés de mes parents direction le Markstein pour une grosse heure de route autrement dit 80km environ.

 

DSC00049

 

DSC00053

Petite pause devant la belle vue en contre bas..

La météo est parfaite, la matinée s´annonce ensoleillé mais avec toute de même une fraîcheur assez accentuée. Seulement 7 petits degrés au matin, loin de me déplaire au contraire.

 

Nous arrivons sur place peu après 8h00 lorsque les trailers commence à arriver doucement.

 

DSC00062

Encore une matinée rythmée par de nombreuses rencontres avec des coureurs de tout horizons. Je retrouve notamment deux coureurs de mon club (ASGVO) a savoir Jean Charles Commazzetto a l´expérience bien étoffé sur longues distances (a titre d´exemple, le marathon des sables et le trail de Gérardmer cette année) puis Hervé Marchandé, un coureurs de très bon niveau qui n´est jamais très loin de la victoire sur les courses Mosellanes.

 

DSC00072

 

DSC00073

 

DSC00067

Venant aussi de Moselle, Hervé Anton, trailers avant tout, est la aussi pour cette belle aventures des crêtes. Je l´avais croisé avant ma blessure sur le trail de la montagne de Reims.

 

DSC00061

Hervé Anton ici en noir..

Du coté des Vosgiens, nous retrouvons encore un Hervé, Hervé Arnould du cohm que j´avais croisé la dernière fois lors du marathon du ballon d´Alsace.

 

DSC00059

N´oublions pas la présence d´Eric Micaux, organisateur du rush du bout du monde a Mortagne, trail que j´avais suivi en tant que photographe. Ou encore Jean Paul Spiesser bien décidé a respecté ses habitudes, à savoir partir comme un frelon lol. Eh bien sur, les freres « Conraud » toujours au rendez vous des courses natures de la région.

Et petite pensée pour Arnaud Jacquot qui s´alignera en même temps que nous sur les mini cretes.

 

Chez nous amis du 54, commençons par la présence de Martin Jambois, le grand trailer que je n´avais plus eu l´occasion de voir depuis un petit bout de temps. Content de partager cette course avec lui car il me servira de point de repère. Il a l´art de bien gérer son effort et être capable de le suivre jusqu´au bout d´un trail est toujours synonyme d´une course réussie pour moi. Il faut admettre que les trails sont son terrain de jeu préférée, et il excelle dans cette discipline. Pour illustrer cela, il n´est pas inutile de rappeler qu´il est déjà a son 12eme trails de + 42km depuis début Janvier sans oublier quelques autres aux distances inférieures.

 

DSC00077

Il y a encore seulement 15 jours, il réalisait une belle onzième place au trail du val d´heure en Belgique sur une distance de 56km! Alors, un simple mot, Respect !

Quelques Toulois sont la, comme Phillipe Bibet croisé bien évidemment au 6 jours de Toul.

Pascal Arnoux est la pour représenter le Rc vandoeuvre. Sans oublier Jacques croisé a la course des chamois.

 

Bref, pleins de connaissance avec sans doute des oublis, une dernière petite parenthèse pour souligner la présence de quelques kikoureurs que j´ai eu la chance de croiser comme Astra Wally, Schnacka, Ronan des Vosges ou Loupi.

 

DSC00066

Astra Wally que je  n´avais plus croisé depuis saverne 2007, presqu´un an!!

 

DSC00070

Nathalie, la cousine de Tiftib, la kikoureuse

Revenons en a la course en elle-même, cette édition sera marquée d´un léger changement au point de vue du parcours. Le départ a été déplacé pour éviter les passages sur la route. Environ 1 ou 2 Km inédits pour le coup.

 

DSC00069

J´ai décidé aujourd´hui de courir sans dossard pour une raison bien précise. Me faire rembourser les frais d´inscriptions de l´édition 2006 que j´avais déboursé et qui m´ont pas été rendue alors que je n´avais pas participer a l´épreuve cette année la.

Et puis n´étant pas sur d´être capable de finir la course entièrement, ça ferait des frais inutiles.

Bien évidemment, je ne franchirai pas la ligne d´arrivée et ne pourrait prétendre ainsi aux récompenses. Mais peu importe, cette histoire m´était un peu rester à travers la gorge et j´avais envie de réagir à ma façon.

 

DSC00054
 

DSC00068

Pour cette course, je me lance sans préparation spécifique, aucun entraînement cette semaine et je partirais sans rien (sans camelback, ravitaillement assez nombreux, ni gels ou anti crampes) Un peu périlleux mais j´avais pas trop la tête a ça cette semaine..

 

Niveau tenue, collant long de l´asgvo et débardeur du Jac pour ce matin. Martin a décidé de partir avec sa ceinture gourde et n´a pas oublié de plier son dossard. Vous l´aurez compris, on s´est préparé ensemble en oubliant un peu l´heure et en ayant sous estimé la distance qu´il nous restait pour rejoindre le départ. Mais tout est rentré dans l´ordre avec une petite marge de 3 minutes avant le coup de feu.

 

DSC00078
 

DSC00080

Le coup de feu est donné pour environ un millier de coureurs, comme prévu, je me place a hauteur de Martin. C´est parti pour 33km et 1000m de dénivelé positif.

Avec la foule, les premiers mètres de course s´effectue difficilement dans le devers du pré.

 

Très vite, la nouveauté du circuit se fera sentir, nous tournons soudainement a gauche par une pente très sévère (type piste de ski). Nul doute, beaucoup ont compris qu´il ne servait a rien de se forcer a courir sur cette pente. La plupart des coureurs marchent, exceptés sans doute les premiers mais on les voit déjà plus devant nous lol.

Pour une mise en jambe, c´est une mise en jambe, de quoi bien réveiller les muscles. Un peu plus tard, nous retrouvons le parcours traditionnel des crêtes à travers les pâturages. Cette partie (jusqu´au 10eme Km) est certainement malgré des bosses toute même bien prononcés la plus faciles du parcours. Car la suite s´avère difficile avec le Hohneck ou encore l´interminable grimpette du Tanet.

 

Il faut donc partir en songeant a se réserver pour la fin, chose que je me force a faire en restant a la hauteur de Martin partant toujours a l´allure qu´il faut.

Néanmoins dans les montées, je prends quelques mètres d´avance sans le vouloir, j´aime bien en général les montées et lui se révèle un bon descendeur.

Mes quelques mètres d´avance me servent à bien récupérer dans les descentes et de monter sans trop forcer sur les appuis dans les cotes. Une solution pour éviter mes crampes.

 

On se rejoint quelques fois, notamment lorsque nous apercevons Linda qui s´occupe des photos. Eh oui, aujourd´hui, pour moi c´est sans appareil pour mieux profiter des sensations éventuelles. Car prendre des photos en courant, c´est usant à la longue.

 

DSC00081
 

DSC00083

 

DSC00086

 

DSC00090

 

DSC00092

 

DSC00095

 

DSC00097

 

DSC00101

 

DSC00102

 

DSC00103

 

DSC00104

 

DSC00107

 

DSC00108

 

DSC00111

 

DSC00113

 

DSC00115

 

DSC00122

 

DSC00128

 

DSC00129

 

DSC00132

 

DSC00133

Pascal Arnoux

 

DSC00144

 

DSC00146
 

DSC00148

Phillipe Bibet

 

DSC00150

 

DSC00152

 

DSC00153

 

DSC00154

 

DSC00156

 

DSC00157

 

DSC00163

 

DSC00166

 

DSC00167

 

DSC00174

 

DSC00176

 

DSC00177

 

DSC00185

 

DSC00186

 

DSC00189

 

DSC00190

 

DSC00196

 

DSC00197

 

DSC00202

 

DSC00203

 

DSC00204

 

DSC00206

 

DSC00207

 

DSC00208

 

DSC00209

 

DSC00210

 

DSC00212

 

DSC00213

 

DSC00216

 

DSC00218
 

DSC00220

 

DSC00221

En échangeant quelques mots avec Martin, j´apprends qu´il n´est pas trop bien pour ce début de parcours, rien d´inquiétant je pense car il est habitué à des efforts bien plus longs et en général pour lui un trail commence a partir du 30eme kilomètres. Peut être encore un peu de fatigue de son 56km..Enfin cela me permet de rester à son contact.

Mon début de course est mitigé pas par la forme ou le maux aux genoux mais par des fourniments au pied. Grr ! Ça m´arrive régulièrement, par chance c´est parti après quelques kilomètres.

 

Dans un élan soudain, nous sommes dépassés par Astra Wally qui nous dépose sur place lol, il semble bien pour ces premières crêtes Vosgiennes. Ravi pour lui.

Un peu plus loin, même scénario avec les deux frères Régis et Joël accompagné dans leur sillage par Ronan des Vosges.

Serions nous parti encore un peu trop vite ? Peut etre.. Mais théoriquement ces coureurs sont plus fort que nous.

 

DSC00222

DSC00223

 

DSC00225

 

DSC00226

 

DSC00227

 

DSC00228

 

DSC00229

 

DSC00230

 

DSC00231

 

DSC00232

 

DSC00233

 

DSC00236

 

DSC00237

 

DSC00238

 

DSC00239

 

DSC00240

 

DSC00241

 

DSC00242

 

DSC00243

 

DSC00244

 

DSC00245

 

DSC00246

 

DSC00247

 

DSC00248

 

DSC00249

 

DSC00250

 

DSC00251

 

DSC00252

 

DSC00253

 

DSC00254

 

DSC00256

 

DSC00258

 

DSC00259

 

DSC00261

 

DSC00262

 

DSC00263

 

DSC00267

 

DSC00269

 

DSC00270

 

DSC00272

 

DSC00282

 

DSC00284

 

DSC00285

 

DSC00286

 

DSC00288

 

DSC00289

 

DSC00291

 

DSC00292

 

DSC00293

 

DSC00296

 

DSC00300

 

DSC00301

 

DSC00304

 

DSC00307

 

DSC00311

 

DSC00312

 

DSC00313

 

DSC00314

 

DSC00315

 

DSC00317

 

DSC00319

 

DSC00321

 

DSC00322

 

DSC00325

 

DSC00327

 

DSC00328

 

DSC00330

 

DSC00331

 

DSC00332

 

DSC00336

 

DSC00338

 

DSC00340

 

DSC00341

 

DSC00342

 

DSC00343

 

DSC00345

 

DSC00346

 

DSC00349

 

DSC00351

 

DSC00352

 

DSC00356

 

DSC00359

 

DSC00365

 

DSC00372

 

DSC00373

 

DSC00374

 

DSC00376

 

DSC00377

Laurent Melchior

 

DSC00378

 

DSC00381

 

DSC00382

 

DSC00384

 

DSC00391

 

DSC00392

 

DSC00393

 

DSC00394

 

DSC00396

 

DSC00401

 

DSC00402

 

DSC00403

 

DSC00406

 

DSC00408

Jean Paul Spiesser

 

DSC00410

 

DSC00411

Le plus haut sommet des Vosges se dessinent au loin, avec encore une belle grimpette visible au loin par le serpentin coloré de coureurs qui y sont déjà.

L´écart avec Martin désormais se creuse malgré que j´essaye de ralentir pour l´attendre. Je n´aime pas trop être dans cette situation car c´est souvent synonyme d´une course qui se fini difficilement pour moi. Je continue à mon rythme, n´hésitant pas a marcher dans les pentes raides. Je regarde souvent derrière moi pensant qu´il finira bien par revenir notamment dans les descentes.

 

Je franchi le Hohneck en marchant, petite pause au ravito au sommet, ou j´aperçois la cousine de Tiftib, la kikoureuse.

En parlant de kikoureur, un autre me dépasse après le Hohneck, c´est Loupi, le trailer nancéen. Il a bien géré sa course et s´éloigne très vite de mon champs de vision. Rien a dire, il est fort !

 

Nous arrivons à la Schlurt, lieu de départ des mini crêtes, il reste alors 12km de course. Qui débute par une partie qui me plait pas dans les bois, ça monte pas très fort et pourtant j´ai l´impression de ne plus avancer.

Passage aux trois fours:

 

DSC00419

 

DSC00420

 

DSC00422

 

DSC00423

 

DSC00425

 

DSC00431

 

DSC00434

 

DSC00440

 

DSC00441

 

DSC00442

 

DSC00458

 

DSC00460

 

DSC00461

 

DSC00463

 

DSC00471

 

DSC00472

 

DSC00473

 

DSC00474

 

DSC00476

 

DSC00477

 

DSC00480

 

DSC00481

 

DSC00484

 

DSC00485

 

DSC00486

Papa qui attends mon passage..

 

DSC00488

 

DSC00491

 

DSC00502

 

DSC00508

 

DSC00509

 

DSC00512

 

DSC00513

 

DSC00515

 

DSC00516

 

DSC00520

Ronan des vosges

 

DSC00525

 

DSC00526

 

DSC00527

 

DSC00541

Loupi

 

DSC00547

 

DSC00548

 

DSC00549

 

DSC00550

 

DSC00553

Martin est parti avec le panneau avec lui, forcement c´est plus dur ainsi mdr

 

DSC00555

Au tour du Tanet de dicter sa loi par ses pentes successives qui n´en finissent pas. Les rochers et les racines ont pris place, passage délicat avec la fatigue et les crampes qui commencent à se manifester. Des le moindre signal, je n´hésite pas a marcher pour éviter le pire. Et ça marche car aucune crampe significative n´est apparue jusqu´a l´arrivée.

 

J´alterne marche et course dans les huit derniers kilomètres à une allure bien modeste vue la configuration du terrain. Je pensais réellement voir le retour de Martin, mais il était fatigué aujourd´hui.. Il fera mieux au prochain c´est sur..

 

On s´approche du lac blanc par un sentier plus roulant mais hélas trop enrochés pour en profiter. Pas évident cette fin de course, ou il faut rester très vigilent pour éviter de se tordre la cheville.

 

Les racines remplacent les roches et nous emmène dans un pâturage ou il reste une petite boucle à effectuer avant de rejoindre la ligne d´arrivée. Descente, puis montée pour en finir par une petite ligne droite.

 

DSC00562
 

DSC00563

 

DSC00564

 

DSC00565

 

DSC00566

 

DSC00567

 

DSC00568

 

DSC00569

 

DSC00570

 

DSC00571

 

DSC00572

 

DSC00573

 

DSC00574

 

DSC00577

 

DSC00578

 

DSC00579

 

DSC00581

 

DSC00582

 

DSC00583

Michel Cantus

 

DSC00584

 

DSC00587

 

DSC00588

 

DSC00589

 

DSC00592

 

DSC00593

 

DSC00594

Astra Wally en 3h15, pour une premiere, belle perf..

 

DSC00595

 

DSC00598

 

DSC00599

 

DSC00600

 

DSC00601

 

DSC00602

 

DSC00603

 

DSC00604

 

DSC00605

 

DSC00606

Regis Conraud

 

DSC00607

 

DSC00608

 

DSC00610

 

DSC00613

 

DSC00615

 

DSC00616

 

DSC00617

 

DSC00620

 

DSC00621

 

DSC00622

 

DSC00624

Joel Conraud

 

DSC00626

 

DSC00628

 

DSC00629

 

DSC00632

 

DSC00634

 

DSC00636

 

DSC00637

 

DSC00638

 

DSC00639

 

DSC00640
 
DSC00641

 

DSC00642

 

DSC00643

 

DSC00644

 

DSC00645

 

DSC00647

 

DSC00650

 

DSC00651

 

DSC00653

 

DSC00654

 

DSC00655

Comme prévu, je m´arrête a l´entame de la ligne droite pour ne pas franchir la ligne sans dossard. Au final 3h44, 47s auquel je rajoute une petite vingtaine de seconde, temps qui m´aurait été nécessaire pour franchir la ligne. Soit 3h45, 10s.

 

Me voila satisfait, même si le temps reste moyen. Pas de coups de moins bien, pas de crampes sérieuse et un genou qui a tenu le coups. Bref, du mieux qui me laisse envisager quelques trails avant la fin de l´année.

 

Martin fini pas si loin en 3h49, et avec gentillesse m´offre son tee-shirt. Merci !

 

Retour a la maison ou on se rend compte que la journée se termine deja, un trail bouffe la journée mais le plaisir de le faire est toujours la.

 

Semaine prochaine, rendez vous en principe au trail de Minot en Cote d´or pour la distance moyenne (28km) ou alors a la course nature de Serrières (54) 11km environ. A voir après s´être reposé.

 

A bientôt, et bravo a vous tous avec une mention spéciale pour les coureurs qui ont fini avec de terrible crampes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22:48 Écrit par espace-marathon88 dans (88) cretes Vosgiennes | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |