08/05/2007

Le trail des roches à Saint dié (88) 43km 1700 d+ le mardi 8 mai 2007

titre 1

Retour avec cette épreuve trois ans après.

 

Je m’étais promis un jour de refaire ce trail que j’avais fait lors de la première édition en 2004, eh bien l’envie me pris cette année.

 Mais est ce vraiment raisonnable de le faire aujourd’hui ?, alors que j’ai déjà couru à trois reprises ce week-end. (Vendredi les 10.5km de Sainte marie, Samedi les 13km des Foulées Gondrevilloises et Dimanche les 12.5km de Mont-Bonvillers). Je vous dirai que non ! Sur cette course il fallait mieux venir avec les jambes fraîches vu les sévères montées tout au long du parcours.

 

Debout vers 3h30 du matin, pas évident après la journée de boulot d’hier mais bon quand c’est pour courir, on arrive toujours mieux à se réveiller. Ca fait certes de bonheur, mais le départ du trail est prévu à 7h30 et malgré que la course est lieu dans les Vosges, il faudra quand même compter une grosse heure de route depuis chez moi. Et puis reste le temps de se préparer et de régler les derniers détails pour ne rien oublier.

 

Ce matin, nous serons alors vers 6h45 à Saint-Dié des Vosges pour faire ce joli trail de 43km et 1700m+. Mes parents seront là pour m’encourager et du même coup revoir leur ville natale.

 

Pas de temps à perdre, direction la tour de la liberté pour aller s’inscrire. Comme petit échauffement, les nombreuses marches d’escaliers en colimaçon qui mène à une petite salle perchée en hauteur..

 

03

 

01

 

De là, nous pouvons voir une belle vue sur l’aire d’arrivée et s’imaginer tout à l’heure franchir la ligne mais dans quel état de fatigue ? Ça on aura la surprise toute à l’heure..

 

02

 

Inscription 22 euros pour le trail en inscrivant sur place, et deux euros de moins pour les plus prévoyants. Ce n’est pas trop cher, et nous aurons droit après la course à un repas gratuit, sans oublier le tee-shirt.

 

Pour ceux qui ne sont pas suffisamment prêt à s’élancer sur ce trail de 43 Km, il y aura dans la matinée un trail découverte de 19km.

 

Retour ensuite à la voiture pour finir de se préparer. Vu la météo pluvieuse du jour, j’opterai pour un collant long et un tee-shirt manches longues.

Camel back d’1 litre et quelques tubes de gel achetés hier soir en urgence. Mais toujours rien contre les crampes hélas..

 

C’est de bonne augure qu’il ne fasse pas grand soleil ce matin car ce trail pour l’avoir déjà couru s’annonce bien difficile.

 

Contrairement à 2004, le parcours fait 43km et non plus 40, et puis cette année, les organisateurs ont prévu de pimenter le parcours en y rajoutant quelques difficultés supplémentaires.

 

43d+

A l’époque, j’avais fait un temps de 4h 47 pour une 18ème place. Ce matin, le but premier est de le terminer et de rayer toute idée d’abandon.

 

Peu avant le départ, on rencontrera notre ami Martin d’Hérimenil. Toujours présent sur les trails du département.

 

Lui vient ici sans avoir fait de courses le week-end, il a su se montrer plus sage que moi.. Et il a eu bien raison.

 

Les dernières consignes de l’organisateur sont données et nous partons derrière un Vtt à 7h30.

Départ très prudent bien sur car la route sera bien longue.

 

04

 

05

 

06

 

07

 

08

 

09

 

Un petit kilomètre sur route sera nécessaire pour sortir de la ville et gagner les massifs forestiers.

 

14

Je reviens à hauteur de Martin qui était parti un peu vite pour moi et nous ferons le début du parcours ensemble.

 

Les choses sérieuses commencent très rapidement avec une longue montée d’abord sur bitume puis sur petits sentiers. A son sommet, premier passage ou il est difficile de courir tellement la pente est prononcé. Nous sommes alors à la première roche, la roche saint Martin.

 

Les premiers kilomètres ont paru assez longs malgré que je bavardais pas mal avec Martin. On apercevra un panneau indiquant reste 30km à 1h30 de course. Cela montre que le tracé est très exigeant.

 

11

Les hommes de tete vers le 10eme kilometres..

 

Mon compagnon de route s’éloignera entre le 15eme et 20eme kilomètres. A plusieurs endroits, je verrai Linda et mes parents. Moralement ça aide beaucoup.

 

13

 

15

 

16

 

17

 

18

 

19

 

20

 

21

 

22

 

23

 

24

 

25

 

26

 

27

 

28

 

29

 

30

 

Le premier coup de moins bien viendra peut être à mi course, je ne me rappelle pas de tout mon parcours et je ne sais plus trop par ou je suis passé tellement les sentiers se répétaient.

J’avalerai mes tubes de gel et boirai souvent pour essayer de repartir de bon pied.

 

Les plus dures montées se feront progressivement en marchant. Difficile de faire autrement de toute façon vu le dénivelé.

 

Malgré la rude épreuve du jour, le parcours lui est simplement magnifique et répond totalement à la signification du trail. Nous passerons à l’aide de corde des grosses roches ou des pentes très prononcées. Un passage également dans une petite rivière viendra ajouter une particularité supplémentaire à ce joli parcours.

 

31

 

33

 

34

 

35

 

36

 

37

 

38

 

39

 

40

 

41

 

010

 

12

 

Comble de mal chance, voilà les premières crampes qui apparaissent. Dés qu’il faut lever les jambes pour franchir une pierre trop haute ou un tronc d’arbre coupant le sentier, la douleur se réveille. C’est des moments vraiment très difficiles. Et l’apothéose viendra dans les dernières cotes du parcours.

Des cotes tellement raides qu’il était même fatiguant d’y marcher. Vers le sommet de la roche d’Anozel, je resterai immobile devant un gros rocher, plus capable de lever les jambes pour grimper tout la haut à cause de mes sévères crampes dans les cuisses.

 

Un coureur bien sympathique s’arrêtera pour me donner une pastille de sel et  me proposer de l’eau. Sans son aide, ma fin de course aurait été catastrophique.

Après avoir vraiment souffert pendant un bon quart d’heure, je pourrai recourir dans les parties plus descendantes qui mèneront vers l’arrivée.

Et c’est dommage, car j’arrive à terminer de bonne façon ma course mais j’ose plus vraiment accélérer par peur que ça revienne. Malgré ça, je reviendrai sur un ou deux trailers.

 

Le retour se fera par la même route prise en début de course avec le passage sur une passerelle surplombant la ligne de chemin de fer.

 

Je franchirai la ligne après 5h16 d’efforts en 42ème position sur 90 au pied de la tour de la liberté.

 

44

 

45

 

Après réflexion je me dirai que ce n’est pas trop mal après trois courses. La seule déception sera que mon problème de crampes est toujours présent lors de mes longs efforts.

 

Martin quant à lui, aura franchi la ligne une bonne demi heure avant moi avec a la clef une belle 23eme place. Bravo à toi !

 

42

 Martin et sa belle fin de course..

 

43

 

48

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20:39 Écrit par espace-marathon88 dans (88) trail st dié | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

merci bcp pour tes photos,c'est tres sympas,au plaisir de te retrouver sur les courses,je monte aux chamois alors peut etre que...

Écrit par : rota bruno | 30/06/2007

Je m'y aventure cette année! Mon premier 19km en espoir pour ma part, en espérant que ce dimanche ne soit pas trop pluvieux. Merci pour cet avant goût.
Bonne continuation.

Écrit par : Lucie | 23/04/2009

Les commentaires sont fermés.