10/06/2007

le marathon du ballon d'alsace à Masecvaux (68) 42.195km 1168md+ le dimanche 10 juin 2007

titre1

Une victoire face a moi-même..

 

Il y avait dans l’air ce matin comme un esprit de revanche, moi qui avait du abandonner cette course en 2005 à mi parcours. A l’époque, j’étais pas dans une grand forme et j’avais préféré mettre pied a terre pour me réserver pour les 6 jours de Toul la semaine d’après.

 

Après coup, c’est vrai que j’avais regretté mon choix et chaque fois que je passais par le ballon d’alsace pour me rendre sur une autre course par exemple, je voyais l’endroit où j’avais abandonné. Au fond de moi, je m’étais promis de prendre ma revanche un jour et d’effacer ainsi ce si mauvais souvenir qui me trottait ans la tête.

 

Le grand jour sera ce dimanche 10 juin. J’essaierai au maximum de corriger les erreurs que j’avais pu faire en 2005, en me préparant déjà plus spécifiquement à cette course. Fini de me lancer dans une pareille course sans être préparé.

 

m_km

 

Alors pour ce trail de 42.195km avec 1136metres de dénivelé positif, classé hors catégorie, Je ferais en sorte de régler mes principales erreurs.  Tout d’abord, en m’imposant une alimentation plus adaptée la semaine précédant la course. Ensuite, j’irai m’acheter un produit pour les crampes car là est mon véritable problèmes. N’ayant pas trouver de bicarbonate de soude comme me l’avais conseillé Oufti , le kikoureur adepte des trails. Je me rabattrai sur un produit pour les crampes trouvé au décathlon. Par sécurité, je m’achèterais également des pastilles de sel qui m’avaient bien dépanné lors du trail des roches à Saint-Dié. Sans oublier, les tubes de gel coup de fouet etc.…

 

Avec tout ça, j’espère qu’il y aura une certaine amélioration même si je ne suis pas très confiant avant le départ.

 

Le départ de la course et les inscriptions se tiendra au col d’Hundsruck Quant à l’arrivée, elle sera jugée à la salle polyvalente de Masevaux.

 

01

 

02

 

Cette course intitulée le marathon du ballon d’alsace est en réalité une course de montagne sur les sentiers forestiers des Vosges, tantôt dans les forets de hêtres et de sapins, tantôt dans les prairies naturelles en pleine floraison.

 

03
 
24

 

Nous arriverons ¾ d’heures avant le départ au col en trouvant tout juste une place pour se stationner. Ici, je devrais retrouver mon copain Martin, Oufti et Claude, le webmaster du site www.4runners.

 

Les minutes passent très vite et le temps devient juste pour finir de se préparer. Je déciderai de courir avec ma paire de chaussure de routes les plus légères pour me sentir plus à l’aise dans les montées.

 

En se dirigeant vers le départ, nous croiserons Martin. Toujours là, lui qui a couru déjà cette course 5, 6 fois. Ce n’est pas le trail de Geradmer de 54km il y a 2 semaines qu’il l’empêchera de disputer cette très belle course de montagne.

 

04

 

05

 

Par contre, je n’ai pas aperçu Oufti ni Claude ou alors je ne les ai pas reconnu.

 

A la dernière minute, je déciderai un peu grâce à Martin de ne pas prendre mon camelback, car il y a 7 ravitaillements le long du parcours. Je me sens donc tout léger pour gravir les pentes.

Comme la semaine dernière à Ribeauvillé, on décidera tout les deux de partir devant puis ensuite nous retrouverons notre place au sein du peloton.

 

Après les derniers conseils du speaker, la course s’élancera, il sera alors 9h00. Un départ une ou deux heures plus tôt aurait été bien car il fait déjà bien chaud à cette heure là. On va souffrir de la chaleur, c’est évident.

 

23
 

06

 

07

 

08

 

09

 

10

 

11

 

12

 

13

 

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

19

 

20

 

21

 

Nous prenons directement un chemin menant au centre de vacances de Baeselbach par une longue pente raide sur le gr5 en direction du Rossberg. Ca monte assez fort très rapidement sur un secteur ou le soleil tape bien.

 

22

 

Je prends quelques mètres sur martin comme la semaine dernière en sachant qu’il reviendra lorsque le terrain sera plus descendant. Je ne suis pas un bon descendeur alors autant en profiter dans les montées. Mais, je monte tranquillement à mon rythme. Certains commencent déjà à marcher, moi je continue à trottiner surtout pour mon moral.

 

Une fois au Rossberg, prés d’un refuge de ski, nous nous dirigeons vers le Belacker par une descente assez raide. La vue est grandiose à travers ces petits sentiers herbeux bordés de multitudes de petites fleurs de montagne. A vrai plaisir de courir dans ce cadre là.

 

Je profite de la descente pour laisser revenir Martin. Nous sommes alors ensemble au Belacker dans cette longue descente ou il n’y a que la place pour un coureur. Il en profite de se trouver devant pour me proposer à boire et un quartier d’orange. Sympa ! mais pas évident à saisir tout ça, il va vite..et il faut mieux regarder ou mettre les pieds.

 

Nous passons ensuite au dessus de la ferme du belacker et à hauteur d’une barrière, nous continuons en direction du col des perches. Les sensations en début de course sont plutôt bonnes mais il faut que je reste prudent car la route est encore bien longue..

 

Nous attaquons le col des perches pour ensuite se diriger vers le col des charbonniers par la haute Bers.

Un sentier traversant des éboulis de pierre, nous offre alors une vue superbe en contre bas sur le lac des Perches. Je ralenti au maximum pour profiter de cette si jolie vue.

 

lac_des_perches_s_

 

Un peu plus loin, le chemin devient plus large et nous mène au col des charbonniers. Je retrouve une nouvelle fois Martin lors d’une descente. Alors que nous discutions, sa cheville lui joue un mauvais tour. Sur un rocher ou une racine, sa cheville se tord. C’est déjà la deuxième fois ce matin mais là il a vraiment eu peur. On ralentit le temps que la douleur se dissipe. Plus de peur que de mal.

 

Le ballon d’alsace se rapproche tout doucement par des étroits sentiers très accidentés. Par endroits le sol est trempé ou partiellement couvert d’eau.

Nous ressortons un peu plus tard de la foret pour prendre une descente en lacets qui mène vers le refuge du Boedelen. Mais nous n’y passerons pas.

 

J’arrive bientôt au passage au ballon d’alsace à l’endroit ou j’avais abandonné. A ce moment là, je sais que j’irai au bout. Je suis bien et toujours pas de crampes à l’horizon. Pour arriver à ce point le plus haut de la course, il faudra gravir des lacets assez raides. Par moments, je dois marcher car devant moi ça bouchonne un peu ou alors la pente est trop raide pour courir tout simplement.

Dans cette partie plus difficile, j’ai repris de la distance à Martin, je vais bien donc j’en profite pour continuer sur mon allure.

 

Voilà je suis au ballon d’alsace, endroit que je connais bien pour m’avoir entraîné lorsque j’habitais à Giromagny (90). Je suis alors au kilomètre 23, mes parents sont là ainsi que Linda un peu plus loin. Je m’arrête quelques secondes pour récupérer quelques tubes de gel et boire un bon coup d’eau fraîche. Petit bisou à Linda et hop c’est reparti, c’est génial! , je me sens confiant pour aller jusqu’au bout.

 

25

 

26

 

27

 

28

 

29

 

30

 

31

 

32

 

33

 

34

Michel Cantus (us toul)

 

35

 

36

 

37

Valerie Danton

 

38

 

39

 

40

 

41

 

42

 

43

 

44
 
45

 

46

 

47

 

48

 

49

 

50

 

Après avoir traversé un carrefour sur la route, nous attaquons la longue montée vers la vierge de la gentiane. Je reprends progressivement des trailers moins à l’aise quand ça monte. C’est bon pour le moral.

 

0346 
0347

Ca monte encore jusqu’au kilomètres 36 mais toutefois moins sévèrement que Ca monte encore bien mais toutefois moins que la première partie du parcours. C’est des montées régulières que j’apprécie bien.

 

Passage bien sympa dans un pré en direction du Sudel. Ensuite longue descente progressive de presque 6 kilomètres. Ca fait du bien mais je ne suis pas trop à l’aise dans cette descente. Je pense que Martin devrait revenir. Je jette un coup d’œil derrière, ah le voilà là-bas!

 

Il se rapproche tout doucement comme la ligne d’arrivée. Nous sortons de la foret du Griwas et passons devant un centre de convalescence. Le retour sur la route marque aussi le retour du soleil. Le soleil tape bien heureusement que la fin est proche.

 

En voyant le bon retour de Martin, je réduis mon allure pour finir ensemble. Mon objectif était de le finir alors être parvenu a arrivé a ses cotés, c’est déjà un bel exploit pour moi.

 

51

 

52

 

53

 

54

Valérie Danton la premiere feminine à franchir la ligne..

 

55

 

56

 

57

 

58

 

59

Moi et Martin, ensemble comme la semaine derniere à Ribeauvillé

 

60

 

61

 

62

 

67

 

64

 

Pas de crampes à l’arrivée super. Mon premier trail sans crampes, ça motive pour la suite.

 

Nous franchirons la ligne en 4h19mn. Avec pour cadeau souvenir, le tee-shirt, un bandana et une médaille.

 

66

 

65

Et à tous les 10 arrivants ce panier garni, Martin il fallait pas me forcer à finir devant mdr.

 

Que du bonheur, et de très beaux souvenirs en tête de cette belle journée…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23:56 Écrit par espace-marathon88 dans (68) ballon d'Alsace | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Vraiment sympa cette course!
Tu as été largement au niveau!On voit sur les photos que tu est très affuté!
Bravo pour ton résultat et ta course!
La forme revient et pour une fois tu as été raisonnable de ne pas courir la veille!
Bonne récup pour le week end prochain!

Écrit par : calimero | 11/06/2007

chapeau mickael et un gros merci à Linda, grace à elle nous pouvons suivre tes courses en photo, et sincèrement je me régale

Écrit par : Olivier | 11/06/2007

merci olivier merci beaucoup pour ce compliment je ne suis pas professionnelle mais j'essaye de me debrouiller du mieux que je peux et surtout pour faire plaisir

Écrit par : linda | 11/06/2007

c'est vrai que vous faites un beau travail tout les 2.
Belles courses et belles photos. Comme le dit Olivier on se regale toutes les semaines!!
Encore Bravo

Écrit par : Francky | 12/06/2007

bravo bravo pour cette saison qui pour toi a du etre bien remplie mais est elle vraiment finie? je suis sur que tu as deja trouvé des courses pour cette été?quand a moi je vais soufler un peu en attendant septembre et me consacrer pourquoi pas a un blog sur la course a pied...me permeteras tu d'y joindre quelques une de tes photos?....cordialement

Écrit par : stef royer | 19/06/2007

Les commentaires sont fermés.