15/08/2007

Une course de nuit d'été à Villé (67) 8.9km le mardi 15 aout 2007

titre

Une bonne et une mauvaise surprise.

 

En cette veille du 15 août, nous avons décidé d’aller courir à Villé, petite ville pas très loin de Sélestat où se déroulait la deuxième édition de la course d’une nuit d’été.

 

16

 

 Je ne connaissais pas du tout cette course là et par ailleurs il s’agira seulement de mon troisième déplacement dans le département du 67. Autant dire qu’ici j’ai peu de chance de croiser des gens que je connaisse.

Notre Ami Martin Jambois comptait la faire mais hélas, il a eu un contre ordre entre temps.

 

Pour pouvoir prétendre faire cette course, il aura fallu jouer avec le temps. A peine une petite demie heure pour se remettre de sa journée de travail et hop en voiture pour un trajet de 2 bonnes heures. Nous sommes dans l’heure où les gens rentrent du travail, la circulation sera  du coup rendue délicate à certains endroits. Et, il faut savoir que nous n’avons pas un laps de temps bien large. Les inscriptions apparemment seraient refusées 1 heure avant le départ. C’est donc légèrement stressé que je me dirige vers Villé.

 Quelques images d'alsace:

 

11

 

17

 

18

 

Nous arriverons dans cette charmante ville Alsacienne, vers 19h15 avec un petit ¼ d’heure pour aller s’inscrire. La course se déroule en centre ville sur la place du marché, les rues sont étroites, pas évident pour trouver une bonne place.

 

04

 

01

 

03

 

Sans tarder, nous filons aux inscriptions qui se tiennent sous un petit chapiteau dans le centre ville. Il y a foule pour les inscriptions de dernière minute comme d’ailleurs pour les prés inscrits.

 

05

 

L’attente est longue, on n’avance pas d’un centimètre, à ce rythme là, on se demande si tout le monde aura le temps de retirer leur dossard. Finalement des dossards seront attribués jusque les dernières minutes précèdent la course.. Une bonne vingtaine de minutes avant que ça soit à mon tour de m’inscrire. De mémoire, c‘est rare que j’ai attendu si longtemps pour prendre un dossard.

 

06

Pendant ce temps là, les benevoles reglent les derniers détails

 

Entre temps quelqu’un vient me saluer me surprenant légèrement. C’est Martin Jambois ! Il a pu se libérer. Voilà une bonne surprise. Content de le revoir, notre dernière course commune remontait à l’ardenner trail du Luxembourg.

 

14

Martin Jambois et moi..

Finalement tout va bien pour nous deux, nous voilà en possession de notre dossard avec encore un peu de temps devant nous pour aller s’entraîner.

Petit échauffement à deux donc sur une partie du parcours qui se présentera sous forme de deux grandes boucles pour une distance total de 8.9km.

 

15

 

On se raconte mutuellement nos prochaines courses et surtout revenons légèrement sur notre défi de l’année à savoir franchir la barre des 1500 Km en compétition.

 

Au centre, l’ambiance est bonne avec de la musique en continue. Le succès de cette organisation semble bien mérité. Le parcours est varié alternant bitume et chemins de terre. On s’y sent bien en tout cas, et ça donne envie de se défouler.

 

10

 

13

 

Les conditions de course sont plutôt bonne, temps sec avec un petit 19 degrés.

 

Une course d’1.5km précédera la notre regroupant en partie des enfants mais aussi des adultes déguisés de toutes sorte.

 

07

 

Quant à notre départ, il sera donné à 20h30 devant une bonne foule de spectateurs.

 

08

 

Les favoris semblent se deviner grâce à l’heure maillot team espace marathon. Pour l’espace d’un instant, on pourrait se croire en Meurthe et Moselle ou de nombreux athlètes font partie de ce sponsor. Mais, il y a aussi ce sponsoring en Alsace. Par contre ces coureurs là, je ne les connais point.

 

19

 

 Je m’aligne dans les premiers rangs avec pour objectif de faire une bonne course. Martin à lui décider de partir avec les premiers. Il aurait bien du mal à tenir car le départ fut très rapide. Eh oui ! Tout le monde ne s’appelle pas Jean Paul Spiesser mdr..

 

20

 

21

 

22

 

23

 

Pour ma part, mon départ est moins osé. D’ailleurs, je suis légèrement ralenti en début de course par la masse des coureurs. Et puis, les rues ne sont pas bien larges par endroits ne facilitant au peloton de s’étendre assez rapidement.

 

Je retrouve finalement assez vite Martin Jambois grâce a son maillot jaune bien vif. Je cours a ses cotés durant les premiers kilomètres.

 

24

 

Nous effectuons une petite boucle dans la ville avant de repasser à proximité du départ dans une rue légèrement opposé.

Cette partie nécessite beaucoup de relances, et d’une certaine vigilance car nous passons dans des endroits très rétrécis.

 

25

un passage au hasard..

 

Une bonne partie des coureurs sont parti de toute évidence au delà de leur rythme. Je me retrouve peut être dans le milieu du peloton derrière quelques féminines.

 

Je me sens après quelques minutes de course capable d’adopter un rythme un peu plus soutenu, je décide alors à accélérer légèrement remontant ainsi au fil des kilomètres pas mal de coureurs.

 

La boucle est agréable, nous franchissons des petites passerelles avec toujours des virages assez serrés. Nous aurons même droit à un petit escalier. Sans oublier le passage sympa dans une partie du parc.

 

Agréable mais pas si facile que ce là, la boucle offerte aux coureurs. Plusieurs petites bosses et une belle montée dans sa dernière partie. Tout cela à multiplier par deux puisque nous repasserons aux mêmes endroits plus tard.

 

26

 

27

 

28

 

29

 

A l’issue du premier tour, je retrouve une bonne place au sein des coureurs. Je dépasse parmi les coureurs un Mosellan du club a2m métropole. Sympa de voir un messin vers ici. Nos deux clubs sont pour dire voisins.

 

La fraîcheur du premier tour ne se montre pas aussi franche sur le deuxième. Il me semble que mon allure diminue sensiblement. Quelques coureurs reviennent de l’arrière notamment dans les parties descendante où je suis moins à l’aise.

 

30

 

31

 

32

 

33

 

34

 

37

 

51

 

52

 

53

 

54

 

55

 

56

 

57

 

58

 

59

 

60

 

61

 

62

 

64

 

66

 

67

 

68

 

69

Un peu court ce parcours pour Martin le grand trailer

 

70

 

71

 

72

 

73

 

74

 

75

 

76

 

77

 

Le passage dans le parc me laissera de bon souvenir avec des descentes en forme de lacets sur des chemins caillouteux très plaisant à fouler. Joli secteur également vers le gymnase devancé par un champ envahi de fleurs sauvage roses. Plus exactement des Salicaires (Lythrum salicaria) montrant que le coin doit être humide. Des restants de mes études paysagères mais surtout de ma passion pour les plantes vivaces.

 

Dans les montées, on constate rapidement que les coureurs alsaciens se débrouillent bien, c’est la région où ont lieu la plupart des courses de montagne, voilà sans doute la raison.

 

Apres la cote raide et longue suit une partie plus descendante menant vers l’arrivée. Des coureurs reviennent donc sur moi peu avant l’arrivée.

 

Je termine ce parcours en 35min14s. Bilan satisfaisant malgré un deuxième tour un peu plus difficile.

 

Dans les barrières, on se verra remettre le tee-shirt de la course pour une inscription à 5 euros, c’est bien !

 

09

 

12

Quelques arrivées:

 

78

 

79

 

80

 

83

 

85

 

86

 

89

 

92

 

95

 

97

 

106

 

107

 

Il fera sombre assez rapidement à partir de 21 heures. Le village s’éclaire alors de toutes ses lumières donnant un charme supplémentaire à la manifestation.

 

109

 

Quelques minutes en compagnie de Martin pour partager ses impressions sur la course et il est temps nous de reprendre le chemin de la maison. Deux bonnes heures de route s’amorce.

 

Enfin, c’était le temps escompter au départ mais voilà la mauvaise surprise à hauteur du lac de Gérardmer. Il est alors 23h00, heure où se déroule le feu d’artifice. Nous sommes stoppés derrière une longue file de voiture. Les véhicules semblent à l’arrêt et sortent pour admirer le spectacle. Nous voilà littéralement bloqués sans doute la faute à un véhicule qui a eu le toupet de s’arrêter en plein milieu de la route pour regarder les feux.

 

Ce contre ordre ne m’arrange pas mais alors là pas du tout. On ne sait pas jusqu'à quelle heure nous allons nous retrouver ici et la nuit donc va s’écourter.

Ce ne serait pas grave si je restais au lit demain, mais nous devons nous lever à 4h00 pour nous rendre à la course de Torgny en Belgique à 300km de chez nous.

 

Malgré la beauté du spectacle qui s’offre a nous en restant assis dans la voiture, cette situation est plus qu’embarrassante. Une heure  ¼  après notre arrêt forcé, la situation se débloque doucement. 5km/h..10km/h..20km/h, nous allons pouvoir enfin passer la deuxième.

 

Enfin après cette très longue et énervante attente, nous pouvons terminer notre route pour rentrer à la maison. Il est alors 1h30 du matin.

 

Conclusion, nous n’aurons pas eu le temps de manger et seulement le droit a 3 petites heures de sommeil.

 

Mais nous irons a Torgny quand même rejoindre une partie des coureurs de l’Asgvo.

 

01:32 Écrit par espace-marathon88 dans (67) Villé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.