26/08/2007

Les cretes Vosgiennes 33km 1000 m d+ le dimanche 26 aout 2007

titre2

Les crêtes pour la troisième fois.

 

Ce sera après réflexion aux crêtes Vosgiennes que nous nous rendrons ce matin pour disputer cette course de montagne de 33 Km sur les sentiers du gr5.

 

Il y avait la course de Bousse dans le 57, ou quelques membres de mon club avaient choisi d’aller ce matin ou encore la course nature du mont saint jean a Serrieres dans le 54, course que j’avais fait l’an passé pour la première édition et que j’avais bien apprécié.

 

Enfin, il fallait faire un choix entre toutes ces courses auxquelles j’aurai pu prendre part ce matin.

Finalement ça sera la météo qui sera le facteur déterminant de ma décision finale. Grand soleil sur les montagnes Vosgiennes, des conditions parfaites pour faire les crêtes Vosgiennes.

 

Car par temps de pluie, j’annule toute idée d’y participer, trop dangereux pour moi et on ne profite pas assez des paysages. C’est ainsi que je ne prenais pas le départ en 2006.

 

Conclusion, j’ai fais trois fois cette course une année sur deux soit en 2003 et 2005 puis 2007 ce matin.

 

Niveau bilan, premier essai sur ces 33km en 3h19 et en 3h09 en 2005.

Bien sur cette année, je n’envisage pas de battre mon meilleur temps car je ne me présente pas ici dans les mêmes conditions. Ca sera la première fois que je ferais les crêtes en ayant déjà une course dans les jambes, celle du vendredi soir en Belgique.

 

Le but premier est surtout de profiter de cette très belle course qui traverse le gr5 et qui nous emmènent a traversé les plus beaux cols Vosgiens.

 

 Et puis, je dois faire un peu de kilomètres ce week-end car notre ami Martin s’élancera quant à lui sur le trail du castilingo dans le 21 sur une distance de 57km. Notre objectif commun étant de franchir la barre des 1500km de course. Sa petite satisfaction personnelle serait pour lui d’en faire légèrement plus que moi, de ce fait, je ne dois pas me laisser trop distancer.

 

Bien sur, c’est juste un petit défi entre copain, histoire de se motiver encore plus.

 

En tout cas, avant le départ nous aurons une pensée pour lui pour ce trail longue distance qui ne sera pas rendu facile avec la chaleur du jour.

Alors, mention spéciale pour lui qui fait parti des rares coureurs qui ont fait déjà la totalité des trails de l’est de la France. Et ce n’est pas rien, à l’heure actuelle, je ne serais pas capable d’en faire autant.

 

Bref, revenons en aux crêtes. Ne sachant pas à l’avance que j’allais vraiment les faire, mon ultime chance d’avoir un dossard sera d’aller m’inscrire le samedi après midi au lac blanc. C’est pas le top car je dois aller sur le lieu de la course la veille pour y retourner le lendemain matin. Des kilomètres en plus au compteur mais bon c’est pas grave la course en vaut le détour.

 

06

Le retrait des dossards le dimanche matin

 

07

 

Dans l’enveloppe, le dossard, quelques épingles et surtout beaucoup de prospectus pour les course à venir.

 

Réveil matinal donc ce matin sur les coups de 5hoo. Les jambes ont encore quelques traces de la course de vendredi mais j’espère que tout ira bien quand même.

 

Je suis tout de même plus préparer que lors de mon dernier trail au Luxembourg début août. J’ai refais les provisions nécessaire pour rendre la course moins délicate a savoir les gels, la crème pour éviter l’apparition des crampes et même le gâteau spéciale pour le déjeuner.

 

01

 

Ca change des fois où je me lance dans une pareille aventure sans rien de tout ça ni même des repas équilibré et étudié pour ce style d’effort.

 

C’est donc quand même assez confiant que je me rends au Markstein. Nous arriverons vers 8h30 sur place après avoir emprunté une partie de la route des crêtes. Une vue superbe, un paysage hors norme, c’est vraiment chouette par ici.

 

02

 

03

Chose que je ne pourrai plus faire aprés les 33km..

 

Déjà beaucoup de voitures se garent d’ici de là le long de la route départementale. Beaucoup de départements différents sont représentés ici. Sans oublier les étrangers comme les Belges, les suisses et les allemands.

 

04

Ca circule déjà bien en direction du Markstein...

 

05

Le sommet du Markstein au loin..

10

 

08

Un parcours entierement sur le gr5

 

09

 

Nous serons dans les 1200 participants aligner sur les 33km et environ 500 pour les mini crêtes de 12km. Parmi toute cette foule, je retrouve finalement pas mal de connaissances. Même des belges qui court comme moi le vendredi soir, c’est marrant de les revoir ici.

 

Quelques kikoureurs sont disséminés dans cette foule imposante. Un seul que je connais vraiment à savoir Montant qui viendra me saluer quelques minutes avant le départ.

 

Le départ sera donné a 10h00 sous un soleil qui se fait encore un peu discret mais ça ne durera pas bien longtemps.

 

Le départ est lancé pour cette masse de coureurs, des habitués de l’épreuve et d’autres qui se lancent dans l’aventure pour la première fois. Nous partons donc à 1184 mètres d’altitude pour une succession de montées et de descentes.

 

Beaucoup de ralentissement en ce début de course pour trouver son allure mais rien ne presse et puis ce n’est pas plus mal car ça nous oblige à partir doucement et c’est  un détail qui peut avoir son importance en fin de course.

 

Les premiers sentiers arrivent rapidement en direction du Breitfirst (1280m). Mes parents ainsi que Linda seront sur quelques parties du parcours accessible depuis la route. C’est ainsi qu’a défaut de les voir au départ, je les verrais après deux kilomètres de course.

 

Passage de la course après deux petits kilomètres.

 

11

 

12

 

13

 

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

19

 

20

 

21

 

22

 

23

 

24

 

25

 

26

 

27

 

 

46

 

47

 

30

 

31

 

32

 

33

 

34

 

35

 

36

 

37

 

38

 

39

 

40

 

41

 

42

 

43

 

44

 

 

Le parcours dans son début n’est pas vraiment trop difficile, ça sera à partir 10eme kilomètres que les crêtes vosgiennes porteront véritablement leur nom.

 

Il commence très vite à faire chaud a travers les prairies. J’essaye de garder des forces pour la partie qui me semblait la plus dure les années passées à savoir vers le Tanet.

 

Je retrouve Linda un peu après le col d’HAHNENBRUNNEN (1186m), peu après le premier ravitaillement ou j’apercevrai Guillame Plas du Rombas AC qui est venu prendre des photos et surtout supporter son pere.

 

03

 

48

 

49

 

50

 

51

 

53

 

54

 

55

 

56

 

57

 

58

 

59

Les soeurs Kuster

 

60

 

 

61

 

 

62

 

63

 

64

 

65

 

66

 

67

 

68

 

69

 

70

 

71

 

72

 

73

 

Un début de course ou tout va bien ou je ne marche pas encore malgré les pentes qui se dessinent de plus en plus.

 

Pas mal de spectateurs à certains endroits du parcours c’est sympa. Je m’amuse alors à chercher Linda et mes parents lorsqu’ils ont pu venir depuis la route.

 

74

 

75

 

76

 

77

 

78

 

79

 

80

 

81

 

82

 

Le SCHWEISEL( 1271m) sera le prochain col avant de se diriger vers le HERRENBERG (1185m). Le chemin du gr5 que nous empruntons majoritairement est plutôt sympa mais pas toujours très facile d’accès avec les nombreuses roches et les racines qui effleurent le sol.

 

Je me montre prudent pour éviter toute blessure. Dans les descentes je suis souvent doublé mais je reviens sur les montées.

 

A partir de là, les choses se corsent, les pentes se dessinent vraiment, des montées visibles de loin ou l’on voit déjà les premiers en haut. Pour le moral, il ne faut mieux pas trop regarder au loin car les montées sont vraiment impressionnantes.

 

Nous traversons ainsi le BATTERIEKOPF(1311m), le  ROTHENBACHKOPF(1316m), le RAINKOPF (1305m) et le KASTELBERG (1246m) avant d’arriver sur le plus haut sommet Vosgien le HOHNECK (1363m).

 

Certainement un des plus beaux endroits du parcours avec une vue en contre bas vertigineuse. La vue est grandiose, j’en profite pour profiter de la vue, les falaises abruptes, le lac en contre bas etc..

 

Contrairement en 2005, j’ai déjà marché dans quelques montées avant d’arriver ici. De toute manière, l’allure en courant serait pas trop supérieure a celle en marchant vu la pente sévère par endroits.

 

Au sommet du HOHNECK, nous abordons une longue descente qui affleure le ravin par endroit. La descente est dangereuse heureusement que le terrain n’est pas glissant. Cette partie difficile nous emmènera en direction du lieu dit des trois fours.

 

Endroit où je reverrai de nouveau Linda et mes parents. C’est sympa et les kilomètres semblent passer plus vite. Avant chaque ravito qui se dresse tout les 5km environ, j’en profite pour avaler le gel et ensuite bien boire aux tables des ravitaillements.

Passage au trois fours:

 

83

 

84

Thierry Lippi, le vainqueur a 8 reprises sur les cretes vosgienne

 

85

 

86

Laurent Viant

 
87

 

88

 

89

 

90

 

91

Martial schmidt pour la Meurthe et moselle..

 

92

 

93

 

94

 

95

 

Je ne  suis parti sans réserve d’eau sur moi, donc je prends bien soin de ne pas en manquer un.

 

Je me sens toujours bien, peut être pas à a même allure que 2005 mais les kilomètres semblent passer plus vite.

 

La SCHLUCHT (1135m) arrive très vite ensuite, nous attaquons alors les 12 Km des minis crêtes. Partie du parcours ou je me rappelle avoir bien souffert par le passé malgré que les pentes soient moins pentues. Ca monte alors longtemps et par palier.

 

Dans la descente du Tanet (1292m), sur un sentier caillouteux, je heurte violemment un rocher. La douleur est très sévère car je suis parti avec mes adidas adizero, mes chaussures les plus légères de route.

 

Le choc a été violent, le pouce du pied en a pris un coup. Je suis alors obligé de marcher pendant un bon moment. Je pense même un moment ne pas pouvoir continuer mais je m’efforce a terminer la course. Je prends le temps de bien boire au ravito et continue en marchant durant la longue cote qui suit. Pas moyen de faire autrement car les appuis maintenant sont un vrai calvaire.

 

Je croise à nouveau Linda au lac vert et les informe de ma blessure. Je suis alors plus dans le coup, mon allure est bien réduite et c’est dommage car j’étais bien avant tout ça.

 

98
 

97

 

99

Achen Chougi

 

100

 

101

 

102

A partir de là, la course sera difficile pour moi

 

Il reste alors 7km de course bien difficile sachant que la fin du parcours est fortement caillouteux. J’ai peur de me recogner le pied. Je reprends la course dans la partie descendante après le lac vert.

 

Je peux recourir, la douleur est toujours présente mais sans trop appuyer sur la plante des pieds ca peut aller.

 

Encore de belles montées sont au programme jusqu’au GAZON DU FAING  (1302m). Les sentiers sont recouverts de roches. Pas d’autre chois que d’être vraiment très très prudent.

 

Des coureurs reviennent de l’arrière mais peu importe. Parmi eux deux mosellans, dont un du rombas ac.

 

Reste alors une longue escente vers le lieu d’arrivée au lac blanc. Boue et roches sont encore au programme avec en plus la présence de randonneurs.

 

A un kilomètre de l’arrivée des encouragements viennent me sonner à l’oreille. C’est en fait Guillaume qui continue son reportage photos et sa maman. Ca fait du bien, et je vous en remercie par ailleurs.

 

photo g

 

Fin de course dans une prairie avec une descente assez raide suivie d’une ultime petite cote pour rejoindre l’aire d’arrivée.

 

107

 

Je termine en 3h26 au environ de la 220eme place. Content en tout cas d’avoir pu la terminer, tant pis pour le chrono, mon moins bon ici mais de toute façon en ayant couru vendredi je ne pouvais pas prétendre faire le meilleur.

 

96

 

103

Fabien di Cato

 

104

Belle course pour Achen Chougui

 

105

 

106

 

L’après course sera un peu difficile certainement du a la douleur et aux 30 degrés qui règne au lac blanc.

 

On rencontrera furtivement des coureurs du 54 qui avaient en autre les 6 jours de Toul comme moi.

 

A l’arrivée, on se verra remettre un beau tee-shirt, un bandana et la tasse des crêtes Vosgiennes. Sympa !

 

04

 

Bilan de cette journée, malgré mon accident de parcours, j’ai trouvé le parcours moins long et une sensation de fatigue moins présente, sans doute grâce à mes plusieurs trails effectués cette année.

Pas de crampes durant le parcours seulement après dans la voiture. C’est toujours mieux après que pendant.

 

On y reviendra!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23:28 Écrit par espace-marathon88 dans (88) cretes Vosgiennes | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bravo Bravo pour ton courage, j'ai souffert un peu avec toi en lisant le reportage...
J'espère que ta blessure est superficielle et que tu seras à nouveau vite sur pieds ;o)
@plus

Écrit par : Joël | 27/08/2007

Bravo pour votre blog, bravo pour vos résultats, je consulte souvent votre blog et je me rends dans les Vosges fin du mois pour mes première Crêtes! Peut être vous y verais je?!

Écrit par : hughesxx | 13/08/2010

Les commentaires sont fermés.