21/01/2008

Le trèfle a quatre feuilles à Olne (Belgique) 11,23,33 ou 42km le dimanche 20 janvier 2008

 
titre1

Le Trèfle à quatre feuilles à Olne..

 

Très tôt ce matin nous avons rendez vous avec Martin dans l’optique d’aller disputer ensemble notre premier trail de cette nouvelle année.

 

Pour cela un gros déplacement est prévu car à cette date là, les trails sont quasi inexistant à part celui justement auquel nous allons nous rendre : le trail du trèfle a quatre feuilles.

Ce dernier se trouve en Belgique à une dizaine de kilomètres de Liége dans le petit village Olne. Bref, pas la porte à coté pour nous, en l’occurrence à 315km de chez Martin  et presque à 450km de chez moi.

 

Il faut vraiment être passionné pour aller si loin mais en même temps la découverte d’une nouvelle course dans une région inconnue est toujours un moment unique.

Pour nous faciliter la tache, Martin nous covoiturera jusqu’en Belgique bien gentiment.

 

La course du jour se résume dans son intitulé, le trèfle à quatre feuilles correspond au tracé du parcours qui en prend cette forme. Chaque feuille correspond à une boucle du parcours soit 4 au total. Première boucle de 12km, deuxième de 11km, la troisième 9km et enfin la dernière 10km. Chaque boucle étant bien différentes des précédentes.

 

Mais l’originalité supplémentaire est que le coureur a la possibilité de choisir pendant la course le nombre de boucles qu’il va effectuer en fonction de sa forme du moment. Concrètement, prenons l’exemple d’un coureur ayant décidé dans un premier temps de faire les 4 boucles soit 42km, ce dernier ne ce sent pas très bien, et bien dans ce cas il peut s’arrêter au bout de la première boucle comme au bout de la seconde etc .Ce dernier sera alors quand même classé dans la distance qu’il aura parcouru.

 

Ce qui revient alors à une course à la carte avec comme choix 11km, 23km, 33km ou 42km.

 

Ayant hâte de découvrir pour la première fois cette course, nous prenons la route à 6h00 du matin avec comme réveil 3 longues heures de route.

Le temps calme et gris en Meurthe et Moselle ne viendra pas se calquer à Liége. A hauteur de la Belgique, le temps est maussade, avec de la pluie mais surtout un vent soutenu. Bref, en l’espace de quelques kilomètres le temps s’est bien refroidi.

 

Après quelques hésitations en fin de parcours, nous arrivons à Olne, petit village bien sympathique où les maisons sont faite en pierre blanche. L’endroit à l’air agréable et les paysages avoisinants sont assez élevés, en tout cas le coin est bien en adéquation avec ce que recherche les traileurs. 

 

67

A l’intérieur du village, aucune indication n’a été mise en place pour ceux qui viennent ici pour la première fois. Nous trouverons l’endroit grâce aux renseignements d’un jeune garçon qui se trouvait au bord de la route.

 

Un grand parking se dresse alors devant nous à proximité de la nouvelle école. 9h20, à notre arrivée, le parking commence tout doucement à se remplir.

 

66

Direction les inscriptions tenues dans un petit chalet en bois. A l’intérieur, c’est la foule. Beaucoup de monde s’inscrive et d’autres en profite pour rester à l’abri. Difficile de se frayer un chemin. Dossard pour seulement 7 euros. Un tout petit prix pour un trail avec en plus un tee-shirt offert en fin de course.

 

02
 

01

Martin est bien venu ici pour le 42km soit les 4 boucles. Le connaissant, il s’y tiendra coûte que coûte.

 

De mon coté, en restant honnête avec moi-même, deux boucles (23km) sera déjà une mission bien éprouvante. Mon arrêt m’a laissé derrière moi une forme très brouillonne de quoi pas espérer être capable  de boucler le parcours entièrement.

 

10h00, les coureurs se rassemblent  pour écouter les dernières recommandations de l’organisateur. Soudainement, une sorte de sirène retentit marquant le coup de feu. C’est parti dans le plus grand désordre, même pas le temps à Linda de prendre un cliché Grrrrr…J’ai horreur de ses départs à l’emporte pièce..

 

03
 

04

Le parcours commence par une portion de bitume plutôt descendante il faudra attendre un kilomètre et demi pour voir un petit chemin herbeux, très furtif par ailleurs car ensuite nous regagnons la route en direction du cimetière.

 

Se dresse alors une sérieuse montée d’abord sur bitume puis plus tard sur chemin de terre.

Je me suis mis dans la foulée de Martin dans le but de le suivre le plus longtemps possible.

Soudainement à notre coté surgissent de nulle part deux trois cervidés (sans doute des biches).Belle image !

 

Les chemins agricoles trempés se répètent au fil des kilomètres. Plus tard, nous franchissons un champ labouré pour ensuite traverser une longue partie de prairie.

 

Dans un sentiment général, la course s’apparente plus à une course nature qu’à un véritable trail. Les passages techniques sont  peu nombreux.

 

La première boucle estimée la plus difficile a du mal à bien passer pour moi. J’ai des fourniments dans les pieds et les mollets bien dur. Pendant un moment, je me demande s’il ne serait même pas plus raisonnable de s’arrêter à la fin de la première boucle vu les mauvaises sensations ressenties. Et puis non, finalement je m’efforcerais à faire la seconde.

 

Malgré cela j’arrive à rester à hauteur de Martin jusqu’à une descente assez longue et technique. Il est plus à l’aise et s’envole. Quant à moi, je perds un bon nombre de terrain en restant vraiment très prudent.

 

La fin de la boucle sera alors pour moi une petite course poursuite pour revenir sur Martin. Pour cela deux petits kilomètres seront nécessaires. La jonction s’opère peu avant la fin du premier tour.

 

La fin de boucle arrive sur une partie légèrement élevée, deux couloirs se dressent, l’un destiné a ceux qui vont s’arrêter a la fin de ce premier tour et l’autre pour ceux qui poursuit l’aventure. Pas évident à s’y retrouver, mais je suis dans le bon couloir pour continuer la deuxième boucle.

Martin quant à lui moins chanceux à pris le mauvais couloir, un peu de temps de perdu.. 

 

05
 

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

Un peu après me voilà doublé par un minuscule chien venu de nulle part. sans laisse, il donne l’impression d’être pas accompagné mais il suit parfaitement le tracé du parcours.

En tout cas « lulu » est super impressionnant de facilité pour un chien de si petite taille. Plus courageux que moi, il aura effectué trois boucles soit 33km. Image vraiment sympa d’autant plus qu’il a autour de lui les bandeaux de couleurs certifiant notre passage a divers endroits du circuit.

 

60

 C’est reparti pour la seconde boucle avec déjà de la route. Par chance, les fourmis au pied se sont éloignées. L’attaque du second tour s’annonce mieux pour moi.

 

Encore de belles grimpettes au programme, tantôt sur route tantôt sur chemins.

Une belle s’effectue durant un bon moment sur un chemin de terre, plus haut le chemin s’est transformé en une petite rivière. L’endroit est bien sympathique.

 

Jusqu’au 19ème kilomètres tout va bien encore pour moi mais à l’amorce d’une longue montée, je commence a perdre du terrain sur Martin. Je suis moins bien et ma voûte plantaire me fait mal. La fin du deuxième tour s’annonce, je ne chercherai pas à en faire une troisième.

Avant la fin de la boucle dans une longue partie sur route, je tente de revenir sur Martin pour l’encourager pour la suite et lui annoncé que je vais m’arrêter là mais hélas l’écart est toujours là.

 

Je termine ma seconde et dernière boucle après 2h15 d’efforts, soit environ 23km.

Je ne suis nullement déçu de m’en arrêter là, ça m’aura fait ma première sortie longue depuis mon arrêt. J’ai du mal à poser mon pied par terre sans ressentir une vive douleur mais c’est le résultat de mes fourmis dans les pieds. Rien de grave, j’ai déjà ressenti ce genre de problème.

 

39
 
40

 

41
 

42

 

43

 

44

 

45

 

46

 

47

 

48

 

49

 

50

 

51

 

52

 

53

 

54

 

55

 

56

 

57

 

58

 

59

Le temps est si médiocre, que nous reviendrons provisoirement s’abriter dans la voiture en attendant que Martin finisse ses boucles.

 

A la fin de la troisième boucle, on le ravitaille en gel, car ici à part de l’eau rien à se mettre dans l’estomac. Ma fois, il semble bien et continue toujours aussi motivé pour le dernier tour.

 

61
 

62

 

63

 

64

 

65

Une petite heure après, le voilà qui réapparaît au bout d’un chemin. La fin est proche est m’avoue qu’il a un peu mal aux jambes. Mais le contraire aurait été étonnant. Il vient de boucler son premier gros trail de l’année. Superbe et toujours une motivation sans faille.

 

68
 

69

 

70

 

71

 

72

 

73

 

74

 

75

 

76

 

77

 

78

 

79

 

80

 

82

 

83

 

84

 

85

 

86

 

87

 

88

Plus qu’une épreuve à surmonter, la fatigue et enchaîner ces 300 kilomètres sur autoroutes pour rejoindre la maison. Pas toujours évident après des courses si éprouvantes.

 

Voilà une journée qui se termine déjà.. Prochain rendez vous commun sur un trail en principe dans 3 semaines au Wanter trail, 37.5km au Luxembourg.

15:03 Écrit par espace-marathon88 dans (BEL) trefle a quatre feuilles | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour la reprise ! lol Salut,
Tu n'as pas choisi la simplicité pour renprendre ! lol Mais toi (et ton ami Martin) vous avez fait parler l'expérience. Bravo pour cet effort. Merci pour ce bon reportage.

Écrit par : Jean Raphaël | 21/01/2008

Bravo à vous Bravo pour votre course et bravo à Martin qui a terminé. Si je comprends bien c'est lui qui m'a photographié dans le ruisseau alors que je marchais ( il comprendra ) j'ai quand même terminé mes 4 boucles ( première fois pour moi également ) en 3hrs40. Félicitations pour le site.
Eric
Et à la prochaine fois.
Si vous voulez je vous recommanderai de très beaux trails dans la région.

Écrit par : Eric | 21/01/2008

Enfin le retour de Mickaël en tenue, effectivement (sans faire de mauvais esprit)tu devais avoir des fourmis dans les jambes!!Aurai tu changé en 2008 en devenant raisonnable de ne pas faire tout le parcours? Ton retour me fait plaisir!!

Écrit par : calimero | 21/01/2008

Les commentaires sont fermés.