14/07/2009

Le trail du pays de Welche a Orbey (68) 50.4km et 2100 md+ le 12 Juillet 2009

 

_339


Une victoire contre moi meme..

Troisième course en trois jours, je suis sur tous les fronts pour ce long week end du 14 Juillet. Mais ce matin, j'ai bien l'intention de courir et de laisser mon appareil photo au placard.. enfin a Linda! lol

J'ai donc pris la resolution d'aller courir le trail d'Orbey (50,4km et 2100md+) en Alsace. Une decision pas très raisonnable a vrai dire, rien ne va en ma faveur pour reussir un trail de la sorte.

Aucune preparation specifique et pour cause je m'entraine plus du tout la semaine depuis quelques mois. Je me contente seulement de quelques courses chaque week-end.

Mon genou qui m' handicape serieusement depuis plus d'un an, d'ailleurs le seul trail consequent que j'ai fait est celui d'Epinal au denivelé ridicule comparé a celui ci.

Pas alimenté comme il le faudrait une semaine avant un trail, j'ai meme pas pris le temps de dejeuner le matin avant la course. Aucun gel en poche ou autres complements typique du trail.

je vais m'elancer sans rien, ni meme la reserve d'eau qui etait obligatoire!

A vrai dire, je suis tellement occupé par mon blog et mon forum que j'en oublie le reste..

C'est alors osé de se lancer dans une pareille aventure mais meme si je ne suis pas pret moralement et physiquement, l'envie de tenter ce defi fait la difference. Mon gout pour les trails est toujours là et ce matin, je voulais savoir si j'etais encore capable de courir un si gros trail.

Pour rappel, l'an dernier j'avais arreter ce trail a mi course (25km), il y avait alors comme un gout de revanche ce matin en Alsace.

 

_02

Un trail trés difficile, certains le compare a Gerardmer!

La nuit fut encore courte, decidement je ne dors pas beaucoup ces derniers et pourtant j'ai pas de gosse! mdr. Rentré deja tard de la moselle, occupé ensuite par le blog, le temps pour dormir devient court surtout qu'il faudra se reveiller a 4h30 du matin! En gros j'ai du dormir quatres heures.

Le reveil est un peu difficile, j'ai mal a la tete. Je prends soin de rien dire car mes parents venu specialement pour Orbey vont encore s'inquieter pour rien et vont me dire que c'est pas raisonnable de courir. J'espere pour ma part que ca ira mieux dans quelques heures.

Encore trés occupé dès le reveil, j'en oubli de dejeuner, je suis vraiment pas serieux quant a ma preparation pour une course! Il faudrait que je change car ca joue beaucoup sur le deroulement de la course.

5h30, on prends la route direction l'Alsace, moi, mes parents et Linda. Le ciel est bien couvert, de bonnes conditions de course en vue par contre pour les photos c'est pas top!

Un peu après 7h00 nous arrivons enfin a Orbey avec pour acceuil les premieres gouttes de pluie. Vraiment triste ce temps, j'espere reellement que ca va s'ameliorer.

 

_04

Direction les inscriptions où j'ai decidé de prendre un dossard cette fois ci. Les 25 euros font un peu mal, je n'aurais pas beneficié d'un dossard gratuit..

5 euros de cete somme sera reversé a une association contre la mucovicidose.

 

_01

Dans la salle, je fais la rencontre avec Remi, membre de mon forum courirdanslesvosges. Il s'elance egalement sur son premier gros trail. ravi de l'avoir croisé.

 

_03

Par contre, pas l'ombre de phil le boulet second membre du forum qui avait annoncé sa participation.

Difficile de voir tous le monde, car chacun se prepare de son coté..

D'ailleurs le depart approche et je suis toujours pas en tenue, il est temps que je file a la voiture. je m'apercois trés vite que j'ai oublié mon camelback, c'etait obligatoire, tant pis!

 

_05

Les autres coureurs de l'illon seront notamment a Golbey et Neufchateau!

Tenue des coureurs de l'illon sur le dos et sans appareil photo a la main ce coup ci. J'ai envie de me donner toutes les chances d'arriver au bout. Et si je commence a m'arrete a tout bout de champs pour prendre des photos, je vais me fatiguer trop vite!

8h00, je rejoins le sas de depart de l'autre coté, je ne savais plus qu'il fallait pointer avant de rejoindre la ligne. Remarque, il m'aurait pas laisser passer en voyant que je n'avais pas de reserve d'eau! Je me retrouve du coup en premiere ligne mais sans l'intention de partir comme un boulet.

Au pied, j'ai mes chaussures trés legeres qui ne sont pas vraiment adapté pour les trails. Je n'ai plus de bonnes chaussures, il est temps que je m'en rachete!. en attendant on s'elance sur un 49km avec des chaussures qui servent plutot a la randonné.

Pan, le coup de feu est donné, c'est parti pour 49km sur un trail trés difficile!

On debute tranquillement par la traversé du parc avant de traverser une petite rue qui menera au premier sentier.

 

_06

 

_07

 

_08

 

_09

 

_10

 

_11

 

_12

Laurent Melchior, un habitué des trails venant de la region de nancy

 

_13

 

_14

 

_15

 

_16

 

_17

 

_18

 

_19

 

_20

 

_21

 

_22

 

_23

 

_24

 

_25

 

_26

 

_27

 

_28

 

_29

 

_30

 

_31

 

_32

 

_33

 

_34

 

_35

 

_36

 

_37

 

_38

 

_39

 

_40

 

_41

 

_42

 

_43

 

_44

 

_45

 

_46

 

_47

 

_48

 

_49

 

_50

 

_51

 

_52

Trés rapidement, le denivelé se montre, a peine un kilometre de course, et on doit déjà se contenter de marcher. Ah nous voilà parti pour une randonnée pedestre lol. C'est limite derangeant mais c'est pas forcement nefaste pour la site, au contraire!

En contre bas la vue est superbe, on surplombe Orbey!

Le pente continue a s'elever assez correctement avant de regagner la foret. Je commence a transpirer un peu mais je m'abstine pas a courir dans la pente. Je dois controler mes appuis et ne pas trop appuyer si je vais eviter les crampes en fin de parcours.

On passe par les pierres tremblantes après 3.5km de course et continuons a grimper au rains des chenes qui culmine a 936m d'altitude. A partir de là, on va redesendre progressivement vers les basses huttes, un petit village alsacien bien sympathique. la descente fait du bien on a dejà fait 7 bornes, ah! ca a passé vite.. mais il en reste encore 42 derriere lol. Faut mieux pas y penser alors!

Je retrouve mes parents pour la premiere fois.

Voici quelques photos des coureurs dans un laps de temps bien defini

 

_53
 

_54

 

_55

 

_56

 

_57

 

_58

 

_59

 

_60

 

_61

 

_62

 

_63

 

_64

 

_65

 

_66

 

_67

 

_68

 

_69

 

_70

 

_71

 

_72

 

_73

 

_74

 

_75

 

_76

 

_77

 

_78

 

_79

 

_80

 

_81

 

_82

 

_83

 

_84

 

_85

 

_86

 

_87

 

_88

 

_89

 

_90

 

_91

 

_92

 

_93

 

_94

 

_95

 

_96

 

_97

 

_98

 

_99

 

_100

 

_101

 

_102

D'après ma position sur certains coureurs que je connais, je suis encore parti un peu vite.

Voici le passage des coureurs mais pas jusqu'au dernier!

Direction desormais le glassborn passant des 684 m a 955 metres d'altitude. Les portions les plus pentues se font toujours a la marche, un coureur me dit qu'il ne faut pas se precipiter avant que la tour du faudé n'est pas passé au 45eme kilometres. Pour moi, le passage le plus delicat me semble la montée du rocher du Hans dominant le lac blanc.

La suite s'effectue par le col du Wettstein où je retrouve une seconde fois mes parents. Je prends au passage une petite bouteille d'eau. Nous sommes au 12ème kilometres.

 

_103

 

_104

 

_105

 

_106

 

_107

 

_108

 

_109

 

_110

 

_111

 

_112

 

_113

 

_114

 

_115

 

_116

 

_117

 

_118

 

_119

 

_120

 

_121

 

_122

 

_123

 

_124

 

_125

 

_126

 

_127

 

_128

 

_129

 

_130

 

_131

 

_132

 

_133

 

_134

 

_135

 

_136

 

_137

 

_138

 

_139

 

_140

 

_141

Michel Cantus

 

_142

 

_143

 

_144

 

_145

 

_146

 

_147

 

_148

 

_149

 

_150

 

_151

 

_152

 

_153

 

_154

 

_155

 

_156

 

_157

 

_158

 

_159

 

_160

 

_161

 

_162

 

_163

On reprends du denivelé depuis les hautes huttes pour monter vers le lac des truites. Les sentiers sont magnifiques et tellement dissimulé a travers la vegetation qu'il est parfois difficile d'apercevoir notre passage. La petite pluie intermittente a rendu le parcours glissant, les roches et les racines deviennent alors des pieges en trés grand nombre. Je suis trés prudent evitant ainsi la chute.

On remonte de nouveau vers les sources du lac noir, la pente est serieuse mais la vue est sublime! Les prairies sont en fleurs, le jaune en ressort trés bien. Je me rapelle alors de ce meme passage l'an dernier, a cet instant, Martin me doublait et j'etais plus en mesure de suivre. souvenir, navré pour lui qui n'aura pas pu le refaire a cause de son tendon!

Concretement, ce matin je me sens moins fatigué ici qu'en 2008.

On attaque une longue descente trés technique où la course devient meme difficile tellement c'est rocheux et glissant, pas genial pour faire remonter sa moyenne horaire. Direction le lac noir!

Je retrouve une nouvelle fois mes parents.

 

_164

 

_165

 

_166

 

_167

 

_168

 

_169

 

_170

 

_171

 

_172

 

_173

 

_174

 

_175

 

_176

 

_177

 

_178

 

_179

 

_180

 

_181

 

_182

 

_183

 

_184

 

_185

 

_186

 

_187

 

_188

 

_189

 

_190

 

_191

 

_192

 

_193

 

_194

 

_195

 

_196

 

_197

 

_198

 

_199

 

_200

 

_201

 

_202

 

_203

 

_204

 

_205

 

_206

 

_207

 

_208

 

_209

 

_210

 

_211

 

_212

 

_213

 

_214

 

_215

 

_216

 

_217

 

_218

 

_219

 

_220

 

_221

 

_222

 

_223

 

_224

 

_225

 

_226

 

_227

 

_228

 

_229

 

_230

C'est le lac blanc qui s'en suit rapidement toujours aussi magnifique. Quelle vue! on attaque alors la montée la plus rude du parcours, vers le rocher du Hans. passage dans les roches et plus on s'eleve plus ca devient de l'escalade. trés eprouvant ce secteur dans les roches, heureusement que je n'ai pas encore de crampes! Je marche evidemment comme les premiers d'ailleurs. Mais meme en marchant c'est fatiguant! Nous voilà a 1236m d'altitude, il ne faut pas avoir le vertige, la vue en contrebas est terrible et quelques coins sont limite dangereux.

Ouf cette partie se termine! on redescends vers le lac noir mais la recuperation est difficile car certaine portions sont techniques. J'apercois trés surpris devant le bon Michel Cantus, il va mal, il m'avoue qu'il va abandonner!

On repasse prés du lac noir ou je pensais revoir mes parents et prendre un peu d'eau, mais contre toute attente, ils ne sont pas là. On m'encourage par mon prenom, mais sans arriver a reconnaitre de qui il s'agit. Ca fait du bien en tout cas. Cette portion est super sympa!

Quelques kilometres plus loin, j'ai besoin d'un petit temps pour retrouver du tonus, je decide de marcher un peu alors que le terrain etait relativement plat.

Je franchis le 30eme kilometres en 4h05, je n'avais pas regarder ma montre depuis le debut, ca fait drole! En calculant en gros au meme rythme je vais finir dans les 7hoo.

On remonte vers l'auberge de blancrupt kilometre 33.

je retrouve certainement pour la derniere fois mes parents.

 

_231

 

_232

 

_233

 

_234

 

_235

 

_236

 

_237

 

_238

 

_239

 

_240

 

_241

 

_242

 

_243

 

_244

 

_245

 

_246

 

_247

 

_248

 

_249

 

_250

 

_251

 

_252

 

_253

 

_254

 

_255

 

_256

 

_257

 

_258

 

_259

 

_260

 

_261

 

_262

 

_263

 

_264

 

_265

 

_266

 

_267

 

_268

 

_269

 

_270

 

_271

 

_272

 

_273

 

_274

 

_275

 

_276

 

_277

 

_278

 

_279

 

_280

 

_281

 

_283

 

_284

 

_285

 

_286

 

_287

 

_288

 

_289

 

_290

 

_291

 

_292

 

_293

 

_294

 

_295

 

_296

 

_297

 

_298

 

_299

 

_300

Cedric Larché

 

_301

 

_302

Olivier Chaffaut

 

_303

 

_304

 

_305

 

_306

 

_307

 

_308

 

_309

 

_310

 

_311

Je m'arette quelque instants, et ils me disent que je devrais peut etre m'arreter là. Secretement, j'ai envie de continuer meme s'il fallait faire ces 16 derniers kilo en marchant. On parle, on parle, maiss les coureurs me doublent pendant ce temps. Je comprends que pour eux c'est long de m'attendre, ils sont là depuis 8hoo du matin!. je sais que si je m'arette là, je vais le regretter, je m'excuse envers eux et decide de continuer. Il reste environ deux heures si je fais du 8km heure. Mais ces 8km, je les ferai pas si je marche tout le restant.

Non d'ailleurs, cet arret m'a fais du bien et je reprends en courant, on redescends vers le Surcenod. Je croise des coureurs qui souffent de crampes pour ma part rien a signaler encore, je touche du bois!

Au pied d'une descente menant a une petite route, c'est distribution de mars en nous disant: Un mars et ca repart! Sympa lol, je m'offre ce petit plaisir mais ca donne soif!

On quitte la route pour longer un bon moment un tout petit sentier longeant les prés. j'alterne marche et course de temps en temps.

J'arrive a la Beu, ca me fais rire ce lieu dit lol. A cet instant on a fait 42km enfin un peu plus car auparavant on s'est pommé en perdant bien 5 minutes. Enfin le temps peu d'importance mais ca a coupé un peu les jambes!

On profite d'un nouveau point d'eau, je profite pour bien boire et repart doucement en marchant. On redescent, c'est bien les kilometres vont passer plus vite. Il reste 7 kilometres avec une derniere grosse montée, la tour du Faudé. On l'apercois au loin, ca me semble a perpete pour arriver tout la bas. Mais on va couper sans doute a travers champs!

Direction le col de Bermont, je me retrouve assez isolé et arrive sur un chemin barré par un fil de cloture. C'est drole pas d'endroit pour le contourner et pourtant il y a une petite fleche blanche de l'autre coté! Bon je decide de passer en dessous en soulevant le fil et là surprise, je me prends un vilain coup de jus!

Avec la fatigue, ca reveil et ca m'agace un peu. grr, il aurait pu prevenir!

La tour de faudé se montre progressivement, pour y acceder, on fait un bon bout de route en legere montée, un peu monotone. Ensuite on replonge dans la foret par un large sentier qui monte de facon continue. C'est pas une pente severe mais c'est long.

On arrive au pied de la tour par une portion un peu plus pentue, on la contourne et redescendont de l'autre coté par un escalier. Un point d'eau est mis en place, ca fait du bien avant d'attaquer les 4 derniers kilometres qui sont annoncés en descente.

Je continue a courir tranquillement en m'arretant de temps a autre. Il y a encore quelques bosses qui en temps normal auraient passé sans trop de mal mais avec tous ces kilometres ca demande un effort supplementaire.

Dans la derniere petite bosse, deux dames nous aide en courant a coté de nous, c'est trés sympathique! elle nous annonce qu'il reste plus que deux kilometres. Ca redescends bien, je perds quelques places, je ne suis pas un bon descendeur.

Encore une belle vue a notre gauche qui domine Orbey et on se dirige doucement vers l' arrivée. Je vais enfin le finir ce trail! entre fatigue et joie d'en terminer, j'apercois mon pere, l'arrivée est trés proche, un petit tour dans le parc est ca sera fini. Il faut descendre un petit escalier et une descente sur bitume pour franchir la ligne.

 

_312

 

_313

 

_314

 

_315

 

_316

 

_317

 

_318

 

_319

 

_320

 

_321

 

_322

 

_323

 

_324

 

_325

 

_326

 

_327

 

_328

 

_329

 

_330

 

_331

 

_332

 

_333

 

_334

 

_335

 

_336

 

_337

Après 7h14 de course, je franchi la ligne d'arrivée,fatigué mais trés heureux d'avoir reussi a le terminer. j'ai pris ma revanche sur 2008 et surtout je me suis prouvé a moi meme que j'etais encore capable de courir un gros trail. Niveau chrono, je pouvais envisager les moins de 7h00 mais pour cela il faudrait que je me prepare avec plus d'assiduité.

Pas de crampes a signaler, c'etait limite. Une ou deux lors de mouvements brusques sur la fin en heurtant quelques cailloux. je pense que j'ai bien geré mon effort et en partant plus vite ou en me forcant a courir dans certaines pentes, je l'aurais payé a la fin.

Bon maintenant repos pendant quelques jours pour attaquer de prochaine course.

Bravo a tous et bonne recuperation.

 

_338

On va essayer de reposer comme panpan!

18:29 Écrit par espace-marathon88 dans (68) trail orbey | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

un grand grand bravo pour cette perf micka

enorme !

et visiblement, tu t'es bien amuser !

Écrit par : soldat | 14/07/2009

Beau reportage merci ! Tu m'impressionnes, 7h14 sans préparation ni ravitaillement, çà me laisse rêveur. J'ai encore du boulot pour être à ce niveau...

Écrit par : Rémi | 14/07/2009

Bravo Mika
la forme revient un magnifique trail à ton actif

Écrit par : arno | 15/07/2009

Bravo pour ton chrono.
Pour moi c'était une première, dur, très dur, mais j'ai fini ... 1h30 après toi...

Écrit par : Cricri67 | 15/07/2009

ouah respect!!!

Écrit par : Benoit | 15/07/2009

Désolé de ne plus pouvoir venir aussi souvent sur ton blog mais entre l'entraînement pour les 100 bornes et mes différents blogs je n'ai plus trop de temps à moi!
J'ai choisi cette épreuve pour souligner un nouvel exploit de ta part à savoir finir un truc énorme comme çà sans préparation, sans presque manger et sans camel bak, c'est limite inconscient mais tellement bon quand on l'a réussi!!

Écrit par : calimero | 05/08/2009

Les commentaires sont fermés.