26/09/2009

Le semi marathon de Musson (Belgique) 21.1km le vendredi 25 Septembre 2009

titre


Dans la nuit noire de la Belgique..

Une nouvelle aventure commençait pour moi ce vendredi soir suite a un petit mail reçu en début de semaine qui me signalait l’existence d’un semi marathon nocturne a Musson a quelques encablures de la frontière Française. Merci au passage a Christophe Martin pour la pub dans ma boite Mail et Vincent Tallier par la suite.

Sans l’ombre d’une hésitation, je cochais alors Musson pour ma première course du week-end. Une course qui tombait a merveille moi qui adore courir le vendredi soir après une longue semaine de travail.

Je sentais qu’a travers cette course, l’ambiance de la Belgique et ses parcours enchanteurs que je pouvais retrouver une certaine motivation qui m’avait délaissé ces dernières semaines..

Figurez vous que Lundi, j’avais songé a ne pas courir du tout ce week-end!! Mais cette course «surprise» me redonnera du baume au cœur! Micka est reboosté pour cette occasion, pourvu que ça dure..

Au menu 250km aller pour s’offrir ce petit plaisir depuis ma Haute-Saône (70) par une bel après midi ensoleillé. Seul panpan demeure malheureux de me voir partir, les nuits sont froides, il est mieux a la maison..Je lui réserve un meilleur traitement de faveur a l’été prochain.

79

Eh oui revoilà Panpan, la mascotte du blog!

Hop 13h30, je quitte Fougerolles, le pays de la cerise, direction la Gaume en Belgique. Que du bonheur! Un petit voyage a l’étranger pas déplaisant!

Étant l’esprit nature, je traverse ville et villages, l’œil bercé par les beaux paysages bien plus agréable que la sauvagerie de l’a31. Certes, je mets un peu plus de temps, mais je préfère!

Après avoir fait une pause chez mes parents, j’arrive en Belgique vers 18h15. Musson est seulement quelques kilomètres de la frontière Francaise..Ami Français, vous ne savez pas ce que vous loupez là!

Départ prévu a 19h00, encore un peu de marge..vous l’aurez compris la course se déroulera en semi nocturne.

Je retrouve des lieux qui me sont pas inconnu, j’ai déjà couru par ici d’après mes vagues souvenirs, mais ça devait être une allure libre de Gaume différente de l’épreuve de ce soir.

Grand parking, peu rempli, la participation ne devrait pas être trop conséquente. Je me pose alors des questions sur ma participation au semi, courir seul dans le noir c’est stressant.. Devrais-je pas me rabattre sur le 7km qui se déroulera en partie avant que la nuit tombe? J’hesite..mais 7km c’est pas la distance qui va me rassurer.

La première rencontre est celle de Français, bonne surprise, le duo du site «kilomètre 21» sont présent. Je parle là, de Jean Marc Becker et Paulette la photographe.

Leur première course en Belgique un vendredi soir, ça me fait plaisir..Sachant qu’ils étrennent quasiment toutes les allures libre de gaume du Dimanche.

1

Content de les revoir, de très bons amis..

Zut départ dans 20 minutes, il est temps que je m’inscrive et je ne suis toujours pas changé.

11

 

9

 

10

Je m’inscris Oui cette fois ci!! L'ensemble des bénéfices permettront à l'école de financer du matériel sportif afin de permettre aux enfants de découvrir d'autres sports que ceux généralement proposés.

Seulement trois euros et pas besoin de certif, j’ai toutes mes raisons de m’inscrire!

Vive la simplicité de la Belgique.. ici on se prends pas la tête et tous le monde peut courir s’il le souhaite.

Quelques photos de la course des enfants:

2

 

3

 

4

5

6

7

8

9

10
19

11

12

13

14

15

16

17

18

Hop retour a la voiture, il faut que je me prépare le temps presse départ dans 10 minutes. On va faire simple, tenue des coureurs de l’illon et deux lampes de poches pour éviter de se perdre dans la foret.

La tension monte..s’il arrive quelque chose, dans l’obscurité totale des bois de Musson, qui viendra nous chercher, on a même pas un numéro a appeler en cas de soucis. N’y pensons pas, c’est la meilleure solution.

Je décide après réflexion de laisser l’appareil photo dans la voiture, il me servira pas a grand-chose, la nuit va vite tomber et j’ai déjà les deux mains de prise!

Sur la ligne de départ nous sommes une grosse cinquantaine de courageux, deux distances confondues.

20

 

21

 

22

Parmi eux, un membre de mon forum  «courirdanslesvosges» a savoir Raymond Gilson. Content de le voir ici, un coureur très sympathique que certains pourront voir la semaine prochaine a Ville sur illon!

 

77

Avec quelques minutes de retard le départ est donné après les dernières recommandations de l’organisateur, Christophe Martin. Le parcours est balisé par de petites flèches jaune dite fluorescente, lui-même n’est pas sur du résultats. A nous de juger! On devra également s’aider du rubalise réfléchissant a sa base. Et surtout veiller aux gros caillou. On nous rappelle qu’il s’agit d’un trail!

23

 

24

 

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

Pan c’est parti! Je m’elance tranquillement sur ce premier kilomètres sur bitume pour sortir du village. On se dirige tout droit vers la ligne de chemin de fer.

Et là, surprise, des lumières rouges nous alerte du passage d’un train.

Les hommes de têtes ont juste le temps de passer, pour nous c’est arrêt obligatoire!

Situation un peu amusante en pleine course! On verra de tout en Belgique!

C’est con, j’avais pas l’appareil héhé.

C’est un train de marchandise connu par ses nombreux wagons..A peine le train passé, les coureurs traverse la voie.. Attention au barrières qui se relèvent et qu’un train peut en cacher un autre lol

Allez c’est reparti, le bitume s’efface pour laisser place aux chemins. Quelques minutes plus tard, un nouveau signal de train se fait entendre, zut, ça va pas recommencer!! Non c’est bon cette fois ci, on emprunte un petit chemin qui longe la voie ferré.

Maintenant chemin vert et le dénivelé commence a se faire sentir..on approche du « mur » kilomètre 3 qualifié ainsi par certains coureurs avant le départ. J’ai hâte de voir, exagération du terme ou réelle vérité?

Un peu exagéré finalement, certes ça monte, mais connu déjà bien pire en trail.

A partir de ce moment, je garde en point de mire deux coureurs, a l’arrière le trou est fait..

Je décide a m’efforcer a rester a leur contact le plus longtemps possible, la nuit commence a tomber, il est toujours rassurant de voir quelque un devant soi!

Par contre, je ne dois pas chaumer car ces derniers ont tendance a prendre la poudre d’escampette.

Le parcours effectivement revêt sa parure de trail, bosses, petit sentiers entre les arbres etc.. C’est sympa, j’aime bien! Il commence a faire frais, ça me convient.

Les sensations de début de course sont moyennes, le genou est sensible…

 

L’obscurité ne tarde pas a se manifester surtout dans les passages dans les bois. Quand on ressort dans les champs, c’est plus clair, le soleil se couche…c’est beau!

Après une très grosse demie heure, les lampes deviennent obligatoire, surtout que le terrain est piegeux. C’est pas les deux coureurs devant moi qui vous dirons le contraire, deux chutes en l’espace de quelques mètres!

Quant a moi je gère.. je suis prudent quitte a les laisser partir..toujours a trois, on arrive au premier ravitaillement perdu dans l’obscurité totale. Eau et quartiers d’orange sont a notre disposition pour nous redonner des forces.

Je m’accorde une petite pause comme mes deux coureurs repères. Si je peux encore profiter de leurs lumières ça serait volontiers..

Ceci durera deux bons kilomètres avant que je me retrouve pour de bon tout seul avec comme seule compagne la souveraine du monde des rêves, la lune qui règne sur la nuit.. Oui, on se croirait dans un rêve, emporté par ses pensées..moment magique..

De la lueur dégagée par les lampes de poches, il faut s’efforcer a repérer les rubalises réfléchissantes et les flèches jaunes sur le sol..

Une mission bien délicate car il faut garder un œil où on mets les pieds, le sol est technique par endroits.

Chaque petites flèches jaunes qui apparaît est un signe de soulagement, tu es toujours sur le bon chemin.. Car devant et derrière tu ne vois aucun coureurs!

Un second ravito arrive vers le 13eme kilomètre peut être, plus idée de la distance désormais. Il est tenu par les mêmes bénévoles que tout a l’heure, c’est-à-dire qu’on vient d’effectuer une petite boucle de 4 kilomètres.

La dame blanche par sa présence discrète apaise les incertitudes et calme les angoisses. Je progresse bien et reste sur « le droit chemin ».

Passage dans « un tunnel de verdure » ou les gibiers doivent gambader a merveille, vraiment sympa..

Pas l’ombre d’une bête dans cette nuit devenue si calme, ça ne parle plus..évidemment je suis tout seul et les arbres ne parlent pas lol.

Au trois quart du parcours, un ou deux coureurs me rejoignent de l’arrière, j’en profite pour me relancer un peu a la lueur de leur lampe et deviner la direction où ils se dirigent. Une aide qui ne dure que peu longtemps hélas..

La nuit recommence a parler, ruissellement d’eau et petits chants d’oiseau nocturne.. La fin serait t’elle proche?

Non pas encore, on ressort de la foret en bordant un moment un champs, en contre bas, une belle vue d’un village éclairé.

Le dénivelé s’impose a nouveau dans la foret..dans le noir total, on remarque moins la pente, sauf les cuisses laisse un indicateur.

Un bout de route se dessine en descente, c’est sans doute signe que la fin approche.

Mais fausse joie, on tourne soudainement a droite pour attaquer un long chemin herbeux. Ça semble long et les rubalises se font de plus en plus rare..

Ma lampe de poche la plus efficace commencent a montrer des signes de faiblesse, les lumières de la ville s’éloignent. Le doute se réinstalle. Une rubalise ouf!

Ça y est me voilà dans Musson dans les rues éclairées de la ville mais la fin n’est pas encore là.. petit rallye dans les rues et jusqu’au bout, les chances de se perdre sont encore là.. Je suis attentif aux flèches jaunes sur la route et par chance j’ai pris le bon chemin.

Ce qui ne sera pas le cas du coureur qui m’avait dépassé toute a l’heure, il s’est perdu dans la seule partie éclairée du parcours!

C’est en ouvrant la porte de la salle que je franchi la ligne d’arrivée, originale!

Au chrono 1h57 et des poussières il me semble. Satisfait d’être arrivé sans encombres jusqu’à la ligne moi qui n’ai pas l’habitude de courir dans la nuit.

Photos des coureurs du 7km puis du 21km

37

 

38

 

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65

66

67

68

69

70

71

72

73

74

75

Jean Marc becker fini excellent troisieme au 7km

76

Niveau forme, c’est léger, un genou sensible, y’a des jours comme ça où la douleur revient..mais le moral est a la hausse..

Une expérience a revivre, j’y reviendrai l’année prochaine..

78

Le retour vers les vosges, tot le lendemain matin..

A bientôt en Belgique..demain (samedi) retour dans les Vosges pour les 11eme foulées de Rupt sur Moselle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20:14 Écrit par espace-marathon88 dans (BEL) Musson | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |